Accueil > Nos succès > Education Durable et Scolarisation en Centre-Afrique

Education Durable et Scolarisation en Centre-Afrique

Publié le 09/04/2015 à 21:33

Selon Didier Niewidowski, professeur de droit public et ancien diplomate

" L'Afrique centrale sombre et devient un espace de non droit. Les notions d'Etat et de Nation sont  devenues  de pures  illusions. Les  frontières,   héritées   de  la colonisation, sont  totalement  fictives. L'état de droit a  disparu  depuis  longtemps. Les  bandes   armées  écument les  richesses minières  et pétrolières et  prennent  en otage  les  populations. Des  potentats, régulièrement  réélus avec la complicité  de  la communauté   internationale ont  érigé  la prédation en  système  de gouvernance. La jeunesse mondialisée est rejetée  du système économique. Les métastases de l'implosion libyenne, les guerres civiles  au Darfour et Soudan  du Sud, l'anarchie et les démembrements  de la RDC (République Démocratique  du Congo), la constitution   d'un   véritable  califat dans le Nord Nigeria  avec Boko Haram et la disparition d'un Etat en Centrafrique contribuent à éliminer les derniers   fondements  de l'Etat et d'un vouloir vivre collectif. Le djihadisme a de belles perspectives et la liaison entre Aqmi au Mali et les Shebab somaliens est en bonne voie. Comment en est-on arrivé là ?   "

 

Le club Lille Métropole a permis de subventionner les frais de scolarité de 20 jeunes filles de Centre Afrique (CA) pendant un an.

Actuellement, 65 % de la population de CA a moins de 15 ans. Il y a de nombreux orphelins, notamment à cause du SIDA. L’éducation publique est en ruine. Seule, l’éducation privée offre encore un enseignement de qualité mais cela demande un apport de 50 € par élève et par an.

 

 

 

"L’éducation, la formation à la base restent les défis majeurs pour forger une nouvelle génération en Centrafrique si on veut rompre avec les pratiques antérieures qui ont plongé le pays dans le chaos. L’école demeure le chemin de la vraie libération. Faut-il encore améliorer la qualité des enseignements et des enseignants. La nouvelle école doit épouser les valeurs de la rigueur, l’effort dans le travail, l’honnêteté intellectuelle et pratique, la ponctualité, le civisme, la conscience professionnelle. La culture de la tolérance, de la paix, de la salubrité et le dialogue interreligieux sont plus que jamais indispensables dans les programmes scolaires".

 

Patrick Omer MBEA

 

Provincial

 

 

Retour à l'accueil Retour aux évènements